IUT de Castres, le 15 janvier 2016

logosAprès des longues années pendant lesquelles la question écologique a été le parent pauvre du débat public, les enjeux environnementaux ont fini par devenir une question politique centrale. Réchauffement climatique, projets d’infrastructures « inutiles », gaz de schiste, nucléaire : les problèmes publics en lien avec la question de l’écologie ont une place majeure dans les discours médiatiques ; les interventions institutionnelles et les mouvement sociaux les concernant se multiplient.

Cette journée d’étude a comme objectif d’examiner les conditions dans lesquelles se construisent et se débattent ces questions. Elle vise à mettre en évidence sous un prisme critique les acteurs, les discours, les logiques et les terrains.

Les communications qui ont eu lieu lors de cette journée sont disponibles ici sous forme de présentations et/ou d’enregistrements sonores.


Programme (disponible également en PDF)

10h15 Pascal Marchand (directeur du Lerass) & Stephan Mongrand (directeur adjoint de l’IUT, responsable du site de Castres): Mot de bienvenue

10h30 Franck Bousquet & Nikos Smyrnaios : Introduction à la journée

10h45 Clément Mabi, UTC Compiègne, COSTECH : Luttes sociales et environnementales : radicalité politique et circulation des discours 

11h30 Marine Vlahovic, journaliste indépendante : La lutte de Sivens vue par les journalistes

Présidente de séance : Linda Hamdi-Kidar, Université Toulouse 3, LGC

12h00 Repas

13h30 Jean-Baptiste Comby, Université Paris 2, CARISM : Les conditions sociales et politiques du « réformisme écologique »

14h15 Jean-Marie Bodt, Université Toulouse 3, LERASS : Le traitement journalistique des problèmes environnementaux : des visions du monde en dialogue

15h00  Laurent Kay, Université Toulouse 3, Lerass : Un projet de thèse sur les nouveaux mouvements sociaux à caractère écologique, les médias en ligne et les réseaux socionumériques 

Présidente de séance : Dorsaf Omrane, Université Toulouse 3, LERASS

15h30 Discussion et clôture

Journée organisée dans le cadre du séminaire de l’Equipe Médiapolis-Grecom du LERASS
Avec le soutien de l’Observatoire des pratiques socio-numériques (opsn.fr)

cropped-nature-forest-trees-environment.jpg


Résumé des communications et présentation des participants

Clément Mabi est docteur en Information-Communication à l’Université de technologie de Compiègne et membre de l’équipe EPIN du laboratoire Costech. Il s’intéresse à la participation citoyenne via des dispositifs numérique, la démocratie électronique et l’Open data.

Sa contribution propose d’analyser les phénomènes de circulation des discours entre les différentes arènes au sein desquelles sont discutées les controverses. L’objectif sera de montrer qu’en fonction des espaces publics où les acteurs s’expriment et des caractéristiques techno-sémiotiques de ces espaces les discours et les arguments diffèrent. L’étude proposée s’appuiera sur deux principaux terrains : les controverses autour de la construction de l’aéroport de Notre Dames des Landes et celle autour de la construction du barrage de Sivens.

Marine Vlahovic est journaliste indépendante basée à Toulouse, elle collabore régulièrement avec Radio France, Arte Radio, Reporterre et des magazines francophones.

 

Jean-Baptiste Comby est sociologue, maître de conférence en information-Communication à l’Institut Français de Presse de l’Université Paris 2 et membre des laboratoires CARISM et CENS. Il a récemment publié La question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public chez Raisons d’Agir.

Sa contribution vise à interroger le développement depuis une dizaine d’années des composantes réformistes du mouvement écologiste. Elle prendra appui sur des terrains récents et en cours, ainsi que sur une lecture des enjeux environnementaux au prisme des hiérarchies sociales. Seront soumis à la discussion quelques hypothèses relatives d›une part aux conditions sociales de l›emprise de la philosophie réformiste sur les modes d›engagement et d›action écologistes, d›autre part aux enjeux et implications politiques de cette orientation généralement présentée comme pragmatique, ouverte et neutre.

 

Jean-Marie Bodt est docteur en Information-Communication et membre du laboratoire Lerass.

Sa contribution présentera les résultats de sa thèse soutenue en 2014. Plus précisément, par l’étude de deux trajectoires de controverses sociotechniques (autour du gaz de schiste et de la centrale nucléaire de Fessenheim) dans la presse, elle montrera comment celles-ci se fixent dans différents répertoires de « montée en généralité » dans l’espace public médiatique.

Laurent Kay est doctorant en Information-Communication au sein du Lerass et basé sur le site de Castres. Il est bénéficiaire d’une bourse Régionale. Son étude se concentrera sur les nouveaux mouvements sociaux à caractère écologique et sera l’occasion d’appréhender les effets des nouvelles pratiques communicationnelles numériques sur l’ensemble des protagonistes des mobilisations étudiées (militants, organisations, sphère médiatique, champ politique).


Informations pratiques

La journée se déroulera à l’IUT de Castres, IUT Paul Sabatier – Département MMI, Avenue Georges Pompidou.img